Ehla - © Élodie Daguin
Ehla - © Élodie Daguin

Ehla en interview : ”Je suis à 100% libre de chanter, dire et émettre toutes les images que je veux”

À l’occasion de la sortie de son EP Pas d’ici, nous avons eu l’occasion de nous entretenir avec Ehla. C’est à découvrir sur aficia.

Après nous avoir proposé quelques les titres ”On me dit Ehla”, ”L’antidote” ou encore ”Cool”, Ehla dévoilera ce vendredi son premier EP Pas d’ici. Un projet composé de six titres et produit en indé que la jeune artiste est très fière de partager.

À cette occasion, nous avons pu nous entretenir avec Ehla. Une première partie d’entrevue dans laquelle la chanteuse nous raconte, partage et livre en partie les réflexions sur sa carrière en tant que chanteuse indépendante ainsi que sur la conception de cet opus… Le tout dans une bonne humeur et une sincérité irréprochable.

Ehla : l’interview….

Pour nos lecteurs qui ne te connaissent pas forcément malgré les nombreux articles que l’on a pu écrire sur tes titres, peux-tu te présenter avec tes propres mots  ?

Je m’appelle Ehla, je suis auteure, compositrice et interprète. J’ai un EP Pas d’ici qui sort le 28 février. 

Dernièrement tu as sorti le clip de ”On me dit Ehla” : clip solaire, authentique mais aussi personnel. Qu’est ce que tu as voulu transmettre, que ce soit dans le clip comme dans le titre ? 

Concernant le clip, on est parti tourner ça dans le Sud de la France. C’était important pour moi parce que ça prend une grande place dans ma musique et dans ma façon de percevoir le projet. Pour ce qui est du titre en lui-même, c’est à la fois un titre mélancolique mais qui a un message qui reste positif. Ce qu’il y a à retirer de ce texte, c’est qu’au travers des autres, on peut retrouver la joie de vivre et arrêter de se morfondre comme on a tendance à faire quelque fois. 

“On me dit Ehla” : Ehla tente d’oublier le poids des maux

Tu as un grand nombre de retour positif sur ta musique. Tu lis un peu ce qu’on dit sur toi ? C’est quelque chose qui te touche ?

Oh oui, comme 98% des artistes. Bien sûr. On fait de la musique pour les autres. Au départ on se livre mais après on a envie que ça parle au plus grand nombre et que nos propos résonnent et parlent à d’autres. Émouvoir, toucher, rendre heureux… on est à l’affût de ce qui peut être dit derrière. Quand on fait une musique, et une fois qu’elle est livrée, qu’elle est sur les plateformes, ça devient la musique de tout le monde. 

D’ailleurs, en parlant des titres qui parlent de toi, il y a ”La timide” écrit par Grand Corps Malade, ”Ma sœur” de Clara Luciani. Si tu devais écrire un titre sur une personne, tu choisirais qui et que raconterais dedans ? 

C’est une sacrée question. J’ai fait une chanson d’amour sur une personne, le titre sera probablement sur mon album. Ça s’appelle ”Mon roi du silence”. Il y a une certaine pudeur et j’ai finalement décidé d’écrire sur ça et je pense que c’est assez réussi donc je suis assez contente. C’est vrai que ça reste délicat d’écrire sur des personnes qu’on aime ou qu’on admire car on veut vraiment être à la hauteur de ce qu’on peut ressentir. 

1 SEMAINE AVEC EHLA…

À l’heure d’aujourd’hui, de plus en plus d’artistes se lancent dans une carrière en indépendant. C’est en partie ton cas. Qu’est-ce qui est le plus difficile et à la fois le plus fascinant dans la construction d’un projet comme celui-ci où tout se construit finalement par ses propres moyens ?

J’en tire que du positif car le point le plus important est la liberté. Là, je suis à 100% libre de chanter, dire et émettre toutes les images que je veux. Après c’est aussi des charges de travail énorme mais on est tellement ravi du rendu et des retours que c’est comme un accouchement (rires). Sur le moment c’est un peu difficile mais quand l’enfant est là, on se dit : ”ok ça valait le coup”.

Y a-t-il quelque chose que tu referais différemment dans ton parcours ?

Non, par contre si je devais parler à la Ehla d’il y a quelques années, je lui dirai d’essayer de prendre plus rapidement confiance en elle et de plus s’écouter. Mais ça s’est construit comme ça. Je suis ravi d’avoir l’âge que j’ai aujourd’hui et d’avoir acquis tous ce que j’ai pu faire jusqu’à présent.

Un message pour les jeunes artistes qui commencent, c’est vraiment de se faire confiance et de ne pas trop être dur avec soi. 

EHLA : SA PLAYLIST EXCLUSIVE