Les Nuits d’Istres : Jeanne Added scotche complètement quand Brigitte confirme

C’est désormais un rituel. Chaque année aficia vous fait vivre une soirée des Nuits d’Istres. Et cette fois-ci, c’est avec Brigitte et Jeanne Added qu’on tente de vous faire vibrer…

La programmation des Nuits d’Istres est toujours aussi riche, variée et éclectique, mettant en avant des artistes confirmés, associés à des talents émergents. C’est d’ailleurs un peu notre devise aussi !

L’année dernière, nous vous avions fait vivre les concerts d’Hyphen Hyphen, Julien Doré et Imany. Cette année, The Dire Straits Experience, Deluxe, Hugo Bariol mais aussi Brigitte et Jeanne Added étaient présents pour clôturer ce beau festival.

Brigitte pour lancer la soirée

Ainsi, direction le sublime lieu du Pavillon Grignan pouvant accueillir près de 1.000 spectateurs. Le lieu est donc intimiste et forcément propice pour un concert en acoustique. C’est ce que le duo Brigitte proposait dans cette première partie de soirée, visiblement « heureux de faire cette promenade dans ce lieu magique ».  

Embarquement immédiat dans l’univers sensuel et féministe du binôme de charme. Elles entrent en scène avec « Battez Vous ». Belle entrée en matière ! Élégantes, elles portent toutes les deux une robe pailletée couleur or. Unies, de haut en bas. Elles habillent la scène, déserte hormis un hibou et la pianiste. Aurélie est nu-pieds quand Sylvie est en talon. Le public a du mal à se mettre en jambe. Seulement quelques claquements de mains se hissent sur ce premier titre. Public timide ? Il prouve au fil de la soirée le contraire comme sur « Jesus Sex Symbol » qui met tout le monde d’accord. Il faut avouer que la chanson, dansante à souhait, s’y prête. Mais aussi des titres cultes extraits de leur répertoire comme « Hier encore » et « À bouche que veux-tu » qui arrive au milieu de concert.

Mais Brigitte, c’est surtout des harmonies de hautes voltiges comme sur « Zelda » et des textes forts de sens comme « Le goût du sel de tes larmes », hommage à toutes ces filles à la recherche d’un monde meilleur sur  « Sauver ma peau » qui évoque la souffrance des femmes battues. On n’oublie pas également « Je veux un enfant » où Aurélie rajoute avoir écrit cette chanson « pour toutes ces mères qui ont choisi d’être mère et à toutes ces femmes qui ont fait le choix de ne pas l’être ; nos choix et nos histoires nous appartiennent ». Le public, majoritairement féminin ne peut acquiescer.

Quelques reprises également embarquent le public avec elles, comme « Pendant que les champs brûlent » de Niagara, « artiste qu’on n’a pas oublié nous » ou « L’amour est enfant de bohème » de Carmen. Le concert se finit en beauté avec le fameux rappel et deux autres chansons cultes, à savoir « Paris » et « Palladium ».

Place à Jeanne Added

Place à Jeanne Added, peu connue du grand public, elle ne pouvait qu’être la grande surprise du concert ce soir. Si vous ne connaissez pas cette bête de scène, il faut absolument foncer écouter son dernier album Radiate, un petit bijou loin des codes électroniques. Celle qui a été doublement récompensée aux Victoires de la musique 2019 dans les catégories Artiste féminine et album rock déboule sur scène comme un chien enragé.

Fermez vos yeux le temps d’un instant, imaginez un petit bout de femme avec des gants de boxe, dans les starting blocks, prête à tout pour faire succomber le public ? Et bien, c’est elle, c’est Jeanne Added ! Elle entre en scène de la plus belle des manières, toute de noir vêtue, avec « Remake », puis « Harmless ». Belle introduction, sombre mais déjà vertigineuse. Tout de suite, le tempo est donné. Elle fait de drôles d’allers retours sur la scène tout en s’échauffant les bras qui font des tours sur eux-mêmes, ainsi que les jambes. Jeanne Added est dans sa bulle et partage pleinement toute son énergie et son univers rock-électro-indé avec le public. Ses trois musiciens excellent également.

Un vrai moment de partage se crée sur des chansons comme « Radiate », grandiose. On l’attendait avec impatience. L’artiste aura mis un temps record pour faire lever la foule : « Je ne comprends pas pourquoi il y a autant de gens encore assis, ça me fait mal à l’intérieur », peut-on l’entendre dans l’écho de son micro. Elle s’exprime finalement peu auprès des gens qui sont venus l’applaudir. Elle raconte simplement que « La musique et la danse me permettent de tout faire sortir », en ajoutant que « les concerts sont des rendez-vous propices à cela. On est entre nous. On est là pour ça, nous ! C’est d’ailleurs pour cela qu’on va hyper bien dans nos vies ! », déclare-t-elle toute pimpante.

Les effets lumières sont grandioses, l’ambiance est électrique et a rarement été aussi bonne lors d’un concert. Le public est debout du début à la fin et nos regards sont fixés sur cet Artiste (avec un grand A), hypnotique. L’un des plus forts moments de la soirée, c’est celui lorsque résonne « Mutate » l’un des titres forts de son répertoire. Jeanne Added nous quitte trop tôt avec « Song 1.2 », « Before the Sun » puis « Suddenly » qui se succède et nous donne rendez-vous très vite.  Concert coup de cœur !

EN CONCLUSION

Conclusion. Si le lieu est idéalement fait pour les concerts acoustiques, on a également vu qu’il pouvait accueillir une performance visuelle incroyable. Incontestablement, Jeanne Added possède de nombreuses qualités pour percer auprès du grand public. Elle l’a suffisamment prouvé et nous a même donné envie d’aller la revoir, hors festival cette fois. C’est dire à quel point elle a conquis notre cœur ! Concernant Brigitte, on sent que le show est joué à répétition. Malgré quelques sourires et interactions avec le public, on a l’impression que Brigitte est lassé, notamment dans ses discours loin d’être improvisés… Dommage ! Toutefois, le rendu acoustique est réellement beau à écouter. Le duo nous ne cessera de nous enchanter…

Bouton retour en haut de la page
Fermer