Charlie Winston - © Marie Guillot-Farneti
Charlie Winston - © Marie Guillot-Farneti

Charlie Winston en interview : « Lâcher prise a été une expérience très impressionnante et joyeuse pour moi »

Charlie Winston

Alors qu’il a offert un concert plein d’énergie lors de son passage au Printemps de Bourges, Charlie Winston a pris quelques minutes pour répondre aux questions d’aficia sur son nouvel album, ses premiers souvenirs de concerts… Confidences !

On se souvient tous du moment où Charlie Winston est arrivé dans nos oreilles. C’est grâce à « Like a Hobo ». Depuis, le chanteur et musicien anglais a continué sa route en partageant ses joies, ses peines et ses interrogations sur le monde dans lequel nous vivons.

Dernièrement, il a offert une réadaptation du titre « Rendez-vous », issu de son ultime album Square 1, dans une version anglo-française sur laquelle il s’est accompagné de Camélia Jordana. Son passage au Printemps de Bourges, quelques semaines plus tôt, a été l’occasion de rencontrer un artiste conscient de sa chance et content de retrouver le public français.

5 questions à Charlie Winston…

1 Si je te parle du Modern Art Café dans le quartier de la Croix Rousse à Lyon, est-ce que ça évoque quelque chose pour toi ?

Oh oui ! C’était au tout début pour l’un de mes tous premiers concerts…

J’étais là !

Oh wouahou génial ! (Rires) C’était vraiment le début !

2 Cette année marque les 10 ans de la sortie de ton premier album, Hobo. Quel regard portes-tu sur ces dix dernières années ?

C’était super, avec beaucoup de challenges. Ma vie a beaucoup changé. J’ai le sentiment d’avoir été heureux et chanceux de pouvoir compter sur un public large. Mais ce n’était pas non plus une grande surprise car depuis mon adolescence, j’avais cette vision que ma vie se déroulerait ainsi.

#PDB 2019 - Charlie Winston - © Marie Guillot-Farneti

3 Contrairement à tes précédents albums, pour Square 1, tu as eu l’occasion de travailler avec une équipe. Était-ce compliqué de lâcher prise et de confier une partie de ton travail à d’autres ?

Au début, c’était un peu difficile parce que lâcher prise ça peut être très compliqué même dans la vie de tous les jours. Mais finalement, c’était la meilleure chose que je pouvais faire car ce n’était pas intéressant pour moi d’avoir le contrôle sur tout. Lâcher prise a été une expérience très impressionnante et joyeuse pour moi !

Selon moi, c’est aussi l’album le plus personnel de ta carrière….

Effectivement, il est très personnel ! Chaque album est personnel mais celui-ci tout particulièrement.

4 Que signifie le titre de ce nouvel album, Square 1 ?

En anglais, il y a une expression qui dit « I’m going back to square one » (revenir à la case départ). Dire cette expression, ce n’est pas vouloir refaire Hobo par exemple. C’est impossible ! C’est pour retrouver le sens du moment de l’écriture de l’album et la liberté d’utiliser les instruments. Je suis revenu à ma passion première des instruments comme le marimba dont je suis tombé amoureux il y a des années. Ce titre m’a donné l’impulsion pour mettre ce type d’instrument sur l’album.

5 Sur cet album il y a un titre qui m’a frappé tout particulièrement. C’est ‘Airport’ qui parle de la question des réfugiés. Peux-tu nous expliquer l’histoire de cette chanson ?

Il y a trois histoires qui sont liées à cette chanson. La première, c’est que j’ai passé beaucoup de temps dans les aéroports pendant les tournées. J’ai toujours un sentiment spécial quand je suis seul dans ce genre d’endroit. J’ai l’impression d’être complètement présent dans ma vie à ce moment. Je ne suis pas dans le passé, ni dans le présent. C’est le même sentiment que le jour de ton anniversaire. Quand je suis avec l’équipe, c’est très différent.

La deuxième est liée à une émission que j’ai entendue à la radio en Angleterre. L’invité était un Lybien qui parlait de son père parti durant la révolution. Il ne savait pas où était son père. Il a écrit un livre sur le voyage qu’il a entrepris pour retrouver son père. Dans le premier extrait, il disait que son siège était attaché au sol et cette image a été très parlante pour moi. Ça expliquait tout sans rien expliquer.

Et la troisième histoire liée à cette chanson est celle de mon expérience quand j’ai fait la vidéo de « Say Something » avec les réfugiés. C’était très important de montrer que nous avons souvent des a priori sur eux…

Découvrez Square 1, le nouvel album de Charlie Winston :