Bigflo & Oli : nous nous sommes immiscés dans « La vraie vie » des rappeurs

Avec La vraie vie, les deux frères Bigflo & Oli se sont directement imposés en haut des charts, dès la première semaine d’exploitation. Sur aficia, on s’est donc penché dessus… Et l’heure du verdict a sonné !

« J’te jure que par rapport à celui-là, notre premier album c’est d’la merde ». C’est avec ce genre de convictions que Bigflo a directement placé de grandes attentes sur son projet. Et avec un morceau éponyme en guise de premier extrait, les jeunes rappeurs ont clairement exposé leur vision des choses, leur évolution, leurs intentions. Alors qu’est ce qui ressort vraiment d’une tracklist qui s’est écoulée à 20.905 exemplaires en sept petits jours ? On s’est permis de cisailler l’opus en trois enseignements.

Les histoires des uns …

Par les uns, comprenez Bigflo & Oli, les principaux protagonistes. Car La vraie vie est bâti sur des morceaux intimes, propres à l’histoire des rappeurs. Ils disent ce qu’ils ont envie de dire, quitte à nous écarter un peu et mettre en avant leur entourage. Mais cette sincérité est d’une puissance nette. On partage avec eux leurs souvenirs, on découvre leur vécu… Les morceaux « Olivio », « Papa », « Sac à dos » et « Dans mon lit » sont les plus personnels, enrobés d’une sacrée dose de mélancolie. Ils révèlent aussi un aspect plus sombre de la célébrité : un sentiment de solitude quand les projecteurs s’éteignent. Sur « La vie normale », avec davantage de légèreté, Bigflo & Oli confrontent les deux aspects de leur quotidien. Le luxe s’oppose au dénuement, mais ils assurent privilégier les choses simples. Les deux gamins grandissent, mais montrent subtilement qu’ils restent les mêmes.

… constituent les histoires des autres.

Par les autres, comprenez votre voisin, votre voisine, votre meilleur ami et peut-être vous-même. Car l’album est également constitué de nombreuses story-telling, un style qui manie l’imaginaire et le réel, et que le duo de Toulousains affectionne particulièrement. Bigflo & Oli narrent avec justesse une multitude de scénarios, tout en prenant le soin de s’inclure dans les histoires. C’est le cas sur « S****e ! », qui nous déballe la triste vie d’une prostituée, qui finalement sera insultée par des types banals : Florian, Olivio et leur bande de potes. C’est fort, cru.

Bigflo et Oli - © Fifou
Bigflo et Oli – © Fifou

Sur « Répondez-moi », ils rédigent à tour de rôle des messages de fans, et retranscrivent cette frustration de n’avoir aucune réponse en retour. Ils ne se cachent pas et affirment faire preuve parfois d’une grosse flemme. Un truc qu’on développe tous quoi, la vraie vie… Cette sincérité ne résonne pas comme une parade pour amadouer l’auditoire, et c’est franchement louable. En termes de récits, les deux frangins abordent d’autres sujets. La dépression enveloppe le titre « Autre part », tandis que les regrets habitent les paroles de « Dommage ». Tout ça reste construit avec une belle technique et un calme émouvant.

Des collaborations qui attirent les sens

Autre argument solide, ce sont évidemment les collaborations. Sur le papier, notre vue est bousculée. À l’écoute, la surprise est confirmée. Sur le son « Trop tard », c’est Joey Starr qui vient accompagner les voix de Bigflo & Oli, en traitant subtilement les addictions aux cours d’une longue métaphore. Changement de dimension sur « Papa », avec la présence de Fabian Ordonez, qui n’est autre que le père des deux rappeurs. Un feat. 100% familial donc. La patte de Stromae se ressent sur « Dommage », avec une musicalité différente qui contraste avec les autres morceaux.

Mais la contribution de Busta Rhymes reste la plus inattendue. « Ça va trop vite » fait référence à cette capacité de rapper avec une vitesse extrême, tout en restant audible. C’est également une manière de parler de la vie, du temps qui passe et ainsi de rester dans le thème. Pour être honnête, il faut  durement s’accrocher pour assimiler cet enchaînement de mesures.

Pour conclure…

Dans La vraie vie, Bigflo & Oli tissent les histoires des autres, mais aussi leur propre histoire. L’album ne rythmera pas vos soirées, et n’est pas là pour ça. Par contre, il peut vous immiscer dans une certaine intimité, vous plonger dans une certaine nostalgie. On sent que les deux frères ont gagné en maturité, et qu’ils se sont surtout détachés de l’argument des mecs gringalets qui n’ont pas la tête de l’emploi. Ce naturel a permis de gagner en crédibilité. En bref, Bigflo & Oli proposent un album construit avec finesse, sans réelle prétention et surtout emprunt de réalisme.

Découvrez La vraie vie, le nouvel album de Bigflo & Oli :

En voir plus