La Nuit de l'Erdre - Camping - © Christophe Segard
La Nuit de l'Erdre - Camping - © Christophe Segard

Festival La Nuit de l’Erdre : 7.000 campeurs, du fun, du soleil et de la musique…

Cette année avait lieu la 21ème édition du Festival de La Nuit de l’Erdre avec 7.000 campeurs présents… aficia était sur place. Retour sur expérience !

C’est la première fois qu’aficia avait le loisir d’être invité au Festival de La Nuit de l’Erdre qui se déroulait du 28 au 30 juin à Nort-Sur-Erdre. Si le Festival se déroule au cœur du Parc du Port Mulon, un autre site est incontournable : la Zone Nuit.

Cette Zone Nuit se situe à 20 minutes de marche du site principal qui a fait fort cette année en offrant deux MainStage au 54.000 festivaliers présents sur les trois jours. Trois jours de fêtes et de musique avec la présence d’Eddy de Pretto, Bigflo & Oli, Clara Luciani, Soprano, Nekfeu, Roméo Elvis, Inüit, Bon Entendeur ou encore Boulevard des Airs.

Curieux de connaître l’ambiance et l’organisation de cette Zone Nuit, que l’organisation a eu l’occasion d’améliorer cette année, aficia a eu l’idée de s’inviter sur cette Zone Nuit du vendredi au dimanche…

Accueil au top, soleil de plomb et déconvenue…

L’accès à la Zone Nuit se fait après avoir stationné son véhicule dans de vastes parkings (3) qui se situent en plein champs. Pas besoin d’avoir un tracteur pour y avoir accès mais votre véhicule aura besoin d’un bon nettoyage après cette expédition. Qu’importe, cela est un menu détail.

View this post on Instagram

palmarès : je me suis fait recaler samedi soir

A post shared by Thomas🗣 (@toma_moro) on

Muni de son ticket disponible en prévente au tarif imbattable de 3€ pour les trois nuits, le campeur se dirige alors vers le grand chapiteau d’accueil de cette Zone Nuit. Et ici c’est la bonne humeur qui semble au rendez-vous. Les bénévoles (ils sont 1.600 sur l’ensemble du Festival de La Nuit de l’Erdre) sont souriants, accueillants… Petite distribution de sacs poubelles (3 au total) pour faire le tri et garder le site propre ainsi qu’un cendrier de poche. Brumisateurs au menu afin de rafraîchir le festivalier qui se dépêche d’entrer sur le site afin de planter sa tente au meilleur endroit possible.

Canapé, piscine, barnum…

Ici c’est une publicité à ciel ouvert pour l’enseigne sportive Décathlon (d’ailleurs partenaire du site avec un stand pour faire des achats de dernières minutes). On ne compte pas les tentes 2 secondes qui se rangera en 40 minutes avant de trouver la bonne manière de la plier.

View this post on Instagram

La nuit de l'erdre avec les Gens Gonz ✌️

A post shared by antho_dm (@anthony.d_m) on

Mais c’est bien plus que ça… C’est aussi l’installation de véritables petits îlots : des barnum fleurissent dans tous les coins de la Zone Nuit. On y installe de larges tables de jardin, on y installe des piscines gonflables… et même des canapés en faux cuir histoire d’être très confortablement installé. C’est un joyeux bordel, le moindre centimètre carré est exploité par le campeur festivalier.

Première nuit, premiers déboires…

Après une première nuit le constat est simple : la Zone Nuit pense à beaucoup de choses sauf à dormir ! C’est juste strictement impossible pour une personne normalement constitué de trouver le repos du guerrier-festivalier.

La nuit est faite de cris, de chants, de sifflets, d’hurlements. Mais pas que… C’est aussi des personnes qui s’écroulent au milieu des tentes, l’abus de bière, de vodka, de rhum et autres mélanges alcoolisés ayant eu raison de leurs enthousiasmes. Elles se retrouvent là, au milieu de la nuit ou du petit matin, dormant au milieu des tentes, parfois au milieu des premiers déchets qui viennent décorer la Zone Nuit.

Au petit matin le calme ne sera toujours pas au rendez-vous. Si certains courent se brosser les dents face à des robinets installés à côté des toilettes sèches et attraper au passage des viennoiseries et un café vendu par une association étudiante, d’autres s’offre le petit-déjeuner à base de houblon. Après tout, les céréales c’est bon pour la santé.

Pour les impatient qui auraient l’envie de prendre une bonne douche après cette nuit mouvementée et caniculaire il faut se montrer patient. En effet, la zone n’ouvre qu’à 9h00, enfin… sur le papier ! Une très, très longue file d’attente se forme alors qu’à 9h30 l’accès reste toujours fermé.

C’est la fête, c’est l’horreur…

On en profite alors pour faire le tour de cette Zone Nuit et faire quelques rencontres. Comme cette bande de potes, 5 garçons qui viennent pour profiter des 3 jours du Festival de La Nuit de l’Erdre mais aussi relâcher la pression. “On vient ici pour faire la fête, profiter un max et aussi relâcher la pression” nous explique l’un deux, bière à la main. Pour eux le festival est l’occasion de marquer le début des vacances. Tandis que l’un des membres de cette joyeuse bande nous explique qu’ils dormiront un peu cet après-midi pour récupérer, il nous propose avec sympathie de trinquer avec eux.

Un peu plus loin c’est un autre son de cloche. Trois demoiselles qui semblent avoir eu une mauvaise nuit… “Je comprends qu’ils veuillent faire la fête, mais il y a aussi le respect des autres et là ce n’est pas le cas” nous explique l’une d’elle. Son amie renchérit : “On vient pour faire le festival sur trois jours et profiter du soleil. Mais là, après cette première nuit je n’ai qu’une envie : me recoucher tellement je suis naze”.

Après le samedi… le dimanche…

La nuit du samedi au dimanche sera tout aussi festive. Il y aura même des scènes totalement loufoque comme une demoiselle qui entre dans une tente… sauf que ce n’est pas la sienne. Qu’importe, elle s’installe aux côtés d’un inconnu avant que ses amis ne viennent la retrouver.

Le matin laisse place à des scènes parfois apocalyptiques. Des barnum à moitié effondrés, des plus en plus de détritus qui se retrouvent un peu partout au milieu des tentes, des campeurs qui dorment entre les tentes, parfois avec encore à la main la dernière bouteille qu’ils avaient l’intention de finir avant de s’écrouler.

https://www.instagram.com/p/BzbQjWHos2b/

Au niveau des lavabo il faut prévoir des bottes en caoutchouc pour avoir l’audace de se brosser les dents. L’évacuation des eaux se fait mal, résultat une terre boueuse et glissante… Pas très engageant !

Au milieu des campements, là où les campeurs-festivaliers installent des îlots, on découvre des tables remplies de bouteilles vides, on en retrouve autant sur le sol au milieu des paquets de chips vident et des mégots de cigarettes…

Et l’après midi ?

Il y a deux mondes dans cette Zone Nuit : les festivaliers qui aiment la fête à outrance et ceux qui souhaitent simplement profiter du festival. Alors, même si parfois les deux mondes semblent avoir du mal à se comprendre il faut avouer une chose : le tout se passe dans une bonne humeur et une belle cordialité.

Cette bonne humeur on la retrouve également avec les activités mises en place par le Festival de la Nuit de l’Erdre. En effet, vous avez la possibilité de louer des jeux, de participer au ventre glisse (idéal avec le temps caniculaire), terrains de football et de volley, possibilité de recharger son portable, restauration, concert… Le tout avec une équipe bénévole parfaitement au top. Le sourire est toujours présent, la bonne humeur rayonnante.

Au final ?

La Zone Nuit demande de sérieuses améliorations. Si on garde en mémoire la très bonne ambiance globale du site, l’accueil des bénévoles, les nombreuses activités offertes, il y a aussi des points noirs.

Déjà il serait peut-être judicieux de couper la Zone Nuit en deux… D’un côté les festivalier qui comptent faire la fête toute la nuit, de l’autre les plus sages qui souhaitent quand même dormir quelques heures histoires d’être en forme le lendemain.

Autre amélioration possible : l’accès aux lavabos avec une meilleure évacuation des eaux usées? L’accès aux douches avec une amplitude horaire beaucoup plus large (ouverte uniquement de 9h00 à 17h00 sur le papier).

View this post on Instagram

#festival #nuitdelerdre #bestfriend

A post shared by Corentin Brangoleau (@corentin44b) on

Pour finir, et c’est là le point central de notre déception. La vue des déchets qui fleurissent durant les trois jours est juste folle. Alors oui, il y a les campeurs qui prendront sans doute la peine de nettoyer lors du départ. Mais nous avons eu le loisir de tomber sur des zones réellement sales, des endroits avec des bouteilles brisées au sol… Pas bon pour la nature, encore moins pour la sécurité. La sécurité passe aussi par les personnes dans un état d’alcoolémie très avancé qui s’écroulent au milieu des campements. On les laisse là, tout simplement. Il faudrait peut-être songer à augmenter la sécurité du site, les tours de garde et parfois, quand cela s’impose, faire des rappels à l’ordre. Non pas pour gâcher la fête, mais justement pour que celle-ci ne soit pas gâchée par un malheureux événement.