Julien Doré homme moderne avec ‘aimée’

C’est le grand jour pour Julien Doré qui offre au public aimée, son nouvel album. Mais faut-il réellement écouter ce nouveau cru ? La réponse avec aficia.

Il a bien grandi depuis son passage en 2007 dans la cinquième édition de ‘Nouvelle Star’ avec son ukulélé. Et c’est très bien ainsi. Même s’il faut bien avouer que dès sa sortie du télé-crochet Julien Doré aura très largement surpris le public et les médias en imposant son style, unique.

Alors après Ersatz (2008), Bichon (2011), Løve (2013) et l’irrésistible & (2016) nous avions forcément hâte de pouvoir découvrir le nouvel effort de Julien Doré. Cet opus il a eu l’occasion de nous l’annoncer pour bien démarrer la saison estival avec l’entêtant “La fièvre” qui aura très rapidement trouvé sa place dans le cœur du public et tournant en boucle sur toutes les radios françaises.

Julien Doré… effet de mode ?

Face au succès de ce premier single nous pouvions nous poser la question légitime de savoir si, au final, Julien Doré ne serait qu’un effet de mode. Un beau gosse qui sait jouer des codes de la communication moderne, qui arrive à allier un art musical avec une imagerie toujours soignée et une bonne dose d’humour sur les réseaux sociaux.

Mais non… Car après avoir eu l’occasion d’écouter aimée, le nom qu’il donne à son nouvel album, on se rend compte que Julien Doré est loin de surfer sur la mode, il n’est pas ici pour plaire même si l’artiste sera ravi de voir les compteurs des ventes exploser.

Il se fait sincère, fidèle à lui-même et à son style. Une poésie langoureuse, pleine d’un charme vocal et mélodique. Le tout se noie dans un regard sur notre monde parfois un peu trop fou, un regard également sur l’amour dans toutes ses formes, sur le passé et l’avenir.

Julien Doré face au Monde…

aimée ne sera pas le sentiment d’amour que Julien Doré a largement eu l’occasion de nous exposer dans Løve et &. Même si ce sentiment est parfois présent à demi-mot, il n’expose plus ses peines de cœur comme il a eu l’occasion de le faire entendre dans les paroles de ses chansons : ‘Je ne veux plus écrire les peines que le féminin m’a fait’.

Avec aimée c’est plutôt un regard d’Homme sur un Monde qui tourne parfois à l’envers et qui semble aimer l’autodestruction. C’est loin d’être pessimiste, mais il y a souvent une vérité évidente dans les mots de Julien Doré. Reste à savoir si la nouvelle génération qu’il invite sur “Barracuda II”, par exemple, pourra changer les choses.

Julien Doré à demi-mot…

aimée ne sera pas pour autant un choc brutal. Non… Julien Doré aime mettre ses sentiments dans une poésie et des métaphores. Alors parfois il faut savoir lire entre les lignes. Mais c’est ici l’un des régals de la plume de Julien Doré. User des mots et de la richesse de la langue française pour exposer des sentiments, des constats. Souvent avec de l’ironie, toujours avec une pointe de malice et toujours avec cet humour qui semble être l’un de ses brins d’ADN, inaltérable Julien…

Et si Julien Doré dresse parfois des constats biens sombres, il est aussi un optimiste. On devine toujours une pointe de lumière qui tente de jaillir par l’embrasure de la porte. Même si en compagnie de Clara Luciani il ne cesse de nous dire que ‘cela ne sert à rien’. Un duo d’une douceur pleine de mélancolie, une rencontre qui nous berce et nous fait chavirer.

Julien Doré frontal…

Julien Doré nous fait “La bise”, ce baiser manqué que l’on n’attendais pas. Il offre un joli regard sur son “Ami” qui s’envole avec le vent Christophe. Il nous parle aussi sans détour sur “Kiki” en décrivant sa honte face à la nouvelle génération, expliquant à un enfant avoir “dessiné ta tombe avant même de te bercer”.

On ne fera pas l’impasse sur “Lampedusa” qui nous fait échouer sur les plages de la honte humaine face à la détresse des ‘autres’. On danse en compagnie de Caballero & JeanJass avec “Bla-bla-bla” sans oublier de retrouver le trio le plus improbable de l’industrie musicale française : “Waf” en compagnie de Simone et Jean-Marc, les chiens de Julien Doré.

Découvrez aimée, le nouvel album de Julien Doré :

Julien Doré - aimée
Verdict

De Løve à & il y avait un pont, celui de l’amour. Avec aimée Julien Doré semble avoir enfin mis un point final à l’amertume amoureuse. Il se fait plus grand, comme un adulte qui découvre un monde quand même un peu crade, dégueulasse.

Mais Julien Doré le fait toujours avec une belle poésie et un sens du minimalisme. Pas d’effets inutiles, Julien Doré habille avec intelligence ses productions pour ne pas noyer son propos et nous porter sur son océan parfois amer, quitte à nous faire chavirer en oscillant entre douceur et rage intérieure.

Car si aimée est beau, devrait convaincre sans difficulté les radios et le public, il se cache en pointillé le regard d’un homme parfois inquiet face à l’avenir avec une colère qui ne dit pas son nom mais est pourtant présente. Le tout est délicieusement emballé dans le glaçage fait d’ironie et d’humour, marque de fabrique d’un Julien Doré qui évolue avec son temps et arrive encore à nous surprendre.

4