Chimène Badi en interview : « Ma vie ne se joue pas sur ‘Destination Eurovision’ mais je veux gagner ! »

Chimène Badi fait partie des huit finalistes pour potentiellement représenter la France à l’Eurovision. Elle en parle pour vous sur aficia…

Alors que l’on attend la sortie de son septième album trois ans après Au delà des maux et qu’elle continue de parcourir la France aux côtés de Julie Zenatti avec les titres de l’album MéditerranéennesChimène Badi se lance un tout nouveau défi pour 2019 : l’Eurovision.

Avec sa chanson « Là-haut« , la chanteuse s’est qualifiée pour la grande finale de ‘Destination Eurovision’. Elle sera face à d’autres pointures de la chanson telles que Bilal Hassani, grand favori, Emmanuel Moire ou encore la révélation Seemone. Pour aficia, elle livre dans cette première partie d’interview ses objectifs, ses craintes et évoque le soutien sans failles de son public.

Chimène Badi : destination Eurovision !

Dans ‘Destination Eurovision’, il y a différents genres de candidats : les artistes en développement et les artistes confirmés comme toi. Pour ceux qui ne le savent pas, quels sont les règles pour devenir candidat ?

Il suffit que ta chanson soit sélectionnée en fait, tout simplement ! (Sourire) Des milliers de candidatures sont envoyées mais seulement une poignée de chansons sont retenues, en l’occurrence 18 pour les phases de demie-finale. Il n’y a aucun rapport avec l’expériences passées ou le nombre d’années de carrière. On le voit bien avec des artistes comme Emmanuel Moire et à contrario des artistes en développement comme Ugo ou Bilal Hassani…

J’avais besoin de retrouver une certaine adrénaline !

Note de la rédaction : au-delà du principe de libre présentation, les chansons doivent répondre à différents critères. Les chansons retenues ne doivent pas avoir été commercialisées avant le premier septembre de l’année précédente et leur durée maximale doit être de trois minutes. De même, les paroles des chansons, ainsi que leur présentation, ne peuvent porter atteinte, ni au Concours, ni à l’UER (Union européenne de radio-télévision). Il est interdit d’inclure tout mot ou tout geste de nature politique ou assimilable. Il est interdit d’inclure toute insulte ou tout langage inacceptable. Il est enfin interdit d’inclure tout message publicitaire.

Est-ce perturbant d’être autant mélangés ?

Pas du tout ! Je ne vois pas en quoi cela peut me perturber ? Au contraire, je trouve ça super intéressant d’être dans une compétition, où, à un moment donné, il y en a pour tous les genres et pour tous les goûts. En réalité, je trouve ça hyper excitant d’y participer car cette année il y a un certain niveau. Ça me met la niaque, je suis contente et je n’ai aucun problème d’être face à des candidats qui sont plus jeunes que moi ! J’ai l’expérience du coup ! (Rires)

Chimène Badi - © Boby Allin
Chimène Badi – © Boby Allin

Peut-on qualifier cette participation à ‘Destination Eurovision’ comme un recommencement à zéro ou une simple continuité de carrière ?

Je ne pense pas recommencer à zéro. Il s’est passé des tas de choses au cours de ma carrière d’artiste. Ça fait plus de quinze ans que je fais ce métier et là, je ne savais plus trop de quoi j’avais envie. Un jour, j’ai reçu un appel, on m’a parlé de ‘Destination Eurovision’ et delà, une sorte de déclic est arrivé. J’ai dit à cette personne que je rentrerai en studio pour enregistrer une chanson et que si c’était LA chanson, j’y participerai et si je l’avais pas, je n’y participerai pas. Ça s’est fait comme ça. Puis, je suis en train de terminer mon nouvel album, je prépare une tournée pour le mois de juin. Ce qui m’arrive, c’est une simple aventure en plus dans ma carrière d’artiste.

Veux-tu te prouver quelque chose à toi même ?

Disons que j’avais besoin de me lancer un nouveau défi, encore plus quand il s’agit de prendre un micro et de chanter. C’est quelque chose que j’aime bien faire ! J’aime me dépasser. J’avais envie de me retrouver aussi, et surtout, avoir de l’adrénaline un max ! Lorsque j’ai chanté en demi-finale sur France 2, c’est un peu comme si c’était la première fois que je chantais. C’était extraordinaire. J’avais aussi envie de savoir où est-ce que j’en étais avec le public. Je suis ravie qu’il ait répondu encore présent après tout ce temps. C’est aussi pour ça que je participe à ‘Destination Eurovision’.

Découvrez la prestation de Chimène Badi lors de la demi-finale de ‘Destination Eurovision » :

Est-ce qu’on part confiante quand on sait qu’on a un public derrière soi ?

C’est évidemment une force d’avoir un public qui te soutient ! C’est important évidemment, mais ce qui m’importe, c’est que le public soit là pour la suite de ma carrière ! Et évidemment, je souhaiterais gagner ! Je ne me suis pas lancée dans cette aventure pour ne pas gagner. Ce que je veux te faire comprendre, c’est que le public est là et c’est le principal. Mais en plus derrière, j’ai des tas de projets dont un album quasi terminé. Ma vie ne se joue pas sur ‘Destination Eurovision’ quand même !

Il y a pourtant de grosses pointures en face. Est-ce qu’on craint des artistes portés favoris comme Bilal Hassani ou Seemone ?

(Rires ) Tu sais que tu dois êtes la vingtième personne aujourd’hui à me poser cette question !? (Rires) Non, je ne les crains pas. Je ne crains personne ! On est tous dans des registres et des mondes complètements différents. Bilal est un personnage qui suscite énormément de bruits, mais la France est un public très large qui peut être hyper nombreux et pour moi, rien n’est encore acquis pour personne. Il peut y avoir encore de belles surprises pour cette finale. Je vais encore faire évoluer ma prestation pour la finale et je vais tout déchirer !

Certaines personnes t’auraient davantage vu en tant que jury qu’en tant que candidate. Qu’est-ce que tu réponds à ces personnes ?

Je vibre beaucoup plus en tant que candidate qu’en tant que jury, tout simplement !



Bouton retour en haut de la page
Fermer