Loic Nottet - DR

Loïc Nottet en interview : « Aujourd’hui, je m’assume totalement, je peux enfin lâcher prise ! »

À l’occasion de son retour, Loïc Nottet fait le jeu des confidences auprès d’aficia. Ses envies, ses ambitions, son nouvel album…

C’est le grand retour de Loïc Nottet ! Si certains voient en lui le grand gagnant de la sixième édition de ‘Danse avec les Stars’ ou le représentant de la Belgique à l’Eurovision en 2015, Loïc Nottet est depuis un artiste accompli, et même confirmé. Avec son album Selfocracy, le jeune homme a démontré une maturité hors norme. On l’attend donc de pied ferme avec un nouvel album, celui de la confirmation. Seule mise en bouche, le single « On Fire »…

Décidé à faire grand bruit, le jeune homme a grandi et le fait savoir avec « On Fire« , un nouveau single épique comme on les aime. Au cours de cette interview, Loïc Nottet, avec la tête sur les épaules et plutôt confiant pour la suite, nous parle également de l’élaboration de son nouvel opus.

Loïc Nottet… l’interview !

Quelles sont les choses qui t’ont le plus marqué ces dernières années ?

Alors, il y a eu la participation au télé crochet que j’ai fait. Il y a eu ‘The Voice’, l’Eurovision, puis ‘Danse avec les stars’. C’est vrai que quand tu es un jeune artiste, tu apprends tout très vite, surtout que c’est un monde qui m’était totalement inconnu. J’ai appris à faire l’amour à la caméra en quelque sorte. À être plus à l’aise sur les plateaux télé, à gérer des interviews, à jouer avec un vrai groupe, à chanter avec des oreillettes. Ça paraît tout simple, mais tout était nouveau.

Dans le premier album, j’étais en phase découverte et dans la peur d’être jugé, de part ma voix car je sais qu’elle est atypique.

Loic Nottet

Puis il y a eu la rencontre avec ton public…

Oui, il y a eu la partie concert où là, c’est le public qui m’a beaucoup appris, enrichi je dirais même. De part leurs cadeaux, humainement, leurs rencontres… J’ai été très gâté. Tout ce que j’ai fait jusqu’à présent n’a fait que me construire en bien dans ma carrière artistique.

Tu as mis la barre très haute avec ton premier album Selfocracy. De quelles façons peux-tu aller plus loin ?

(Rires) J’ai teints mes cheveux en blonds, c’est pas bon ? (Rires) Non, franchement je sais pas. Comment pourrais-je faire pour aller plus loin ? Ah, j’ai trouvé ! En faisant un featuring avec Rihanna ou Imagine Dragons ou Sia… Avoir un featuring avec une star qui est reconnue mondialement, ce serait un énorme pas vers l’avant ! (Rires)

Ce changement de coupe de cheveux… J’imagine que cela n’a pas été fait sur un coup de tête ? N’est-ce pas pour marquer la transition entre « l’ancien » Loïc, et le nouveau ?

C’est un peu des deux en réalité. Cela a été fait sur un coup de tête, mais pas tellement non plus. J’ai toujours voulu changer ma couleur de cheveux. Je n’avais jamais osé. Avec ce nouvel album, je voulais une nouvelle image, une nouvelle identité et c’était un peu l’occasion. J’ai dis, « Allez on y va, je m’affirme en tant entièrement qu’artiste, je me lance » et voilà !

Loïc Nottet - DR

As-tu la volonté de t’affirmer encore davantage, tant physiquement que musicalement ?

C’est exactement ça. Dans le premier album, j’étais en phase découverte et dans la peur d’être jugé, de part ma voix car je sais qu’elle est atypique. J’avais besoin de poser des bases solides et de grandir artistiquement et de m’assumer en tant qu’artiste. J’avais vraiment besoin de poser des bases avec Selfocracy car aujourd’hui je peux clairement lâcher prise et prendre plaisir, profiter un maximum du temps qu’on a.

Est-ce que tu as conçu l’album de tes rêves du coup ?

De mes rêves je ne sais pas, mais en tout cas c’est un album où je me suis bien amusé, plus que le premier en fait. J’ai composé tout comme je voulais. Chaque chanson correspond à une humeur où je suis passé. Le premier album ressemblait à l’image du Loïc à l’âge de 17 à 20 ans. Ce projet-ci est celui du jeune homme de 20 à 23 ans. Ce sont deux phases différentes, une sorte d’évolution.

Pour Selfocracy tu avais retranscrits ton état d’esprit de l’époque . En est-il de même pour ce nouvel album ?

Je pense que je m’inspire de mon propre vécu à moi. Tous les morceaux viennent d’émotions que j’ai traversées, que ce soit des mood super joyeux ou hyper tristes avec des phases super dépressives. Indirectement, ça me ressemble, c’est très personnel. J’ai l’impression que cela peut parler à tout le monde, puisque tout le monde a pu traverser ces phases là. Finalement, c’est un peu un projet universel.

(Re)découvrez « Mud Blood » de Loïc Nottet :

Quelles sont les principales évolutions de ce nouvel opus ?

Il y a une certaine évolution dans la mesure où j’ai vraiment lâché prise. Je suis parti dans tous les sens. Alors attention, faut mesurer mes propos, je ne suis pas parti sur un projet hyper expérimental ou WTF. Il y a une certaine cohérence. En termes de sons, je suis allé explorer différents endroits, d’autres horizons, d’autres styles afin de voir ce qu’il se faisait. Je suis allé piocher dans différentes sonorités pour voir là où je m’éclatais le plus, avec toujours cette touche urbaine que j’ai apprécié de faire avec « Doctor » pour Halloween. Je me suis vraiment laissé aller. Ça reste de la pop avec quelques empreintes urbaines.

J’ai déjà plein plein d’idées pour les concerts futurs. Actuellement, je n’ai qu’une hâte, c’est de repartir sur les routes.

Loic Nottet

On ne peut donc pas parler d’un virage à 180 degrés ?

Difficile à dire car le label trouve ça surprenant en fait…

Tu t’es entouré du collectif Skydancers. Ont-ils apporté la touche en plus, celle qui manquait peut-être à Loïc Nottet ?

Je pense qu’ils ont parfaitement apporté ce qu’il manquait à ce nouveau projet. Je voulais qu’on reste absolument dans le registre de la pop car c’est vraiment ce que j’aime concevoir, mais en apportant des touches plus urbaines. On a commencé avec « On Fire » puis on a continué sur d’autres morceaux bien plus urbains. Je suis satisfait, donc je pense qu’ils ont bien compris ce que j’attendais.

Rassure-moi, tu ne t’es pas mis à rapper ?

Non, non non ! (Sourire) Je ne suis pas encore assez aguerri pour ça !

 « On Fire » justement, c’est un peu l’histoire de l’homme en feu qui sommeille en toi que tu décris ici ?

Ce titre est un peu une thématique qui m’est chère. Peut-être qu’elle me touchera à vie. Mais c’est toujours cette envie de proclamer haut et fort qu’il ne faut jamais rester sur des sentiers battus, il faut toujours se relever, démolir les obstacles qu’on peut avoir sur notre passage, et toujours croire en nos rêves et en nous. C’est un peu ce que j’ai veux dire dans « On Fire ».

Une sorte de message que tu fais à tout ceux qui ne croient pas en toi finalement ?

Oui, c’est un peu ça. J’ai voulu dire : « Ben tant pis si vous n’aimez pas, j’ai pas besoin de votre aide, je suis en feu, je brûle et je brûle bien tout seul (…) C’est une sorte de lâché prise et un message de liberté » (…). L’avis des fans, des gens et des professionnels comptent beaucoup pour moi car j’apprécie d’avoir des retours sur mon travail. Je pense notamment aux haters qui ne font pas toujours des critiques constructives. J’ai juste envie de leur dire : « Fais ta route, va ailleurs, moi je fais ma vie de mon côté et on se croisera jamais ». En gros c’est un peu ça ! (…) J’aime toujours bien cacher des messages derrière des textes un peu plus imaginés.

La danse prendra une nouvelle fois une grande part au projet je suppose ? As-tu déjà des idées de scénographies, de mises en scènes pour la tournée ou les clips à venir ?

Oui, bien sûr. Je réfléchis toujours à 360 degrés. Je connais déjà les costumes, les chorégraphies… J’ai déjà plein plein d’idées pour les concerts futurs. Actuellement, je n’ai qu’une hâte, c’est de repartir sur les routes et d’annoncer ces dates à mon public !

Découvrez le clip de « On Fire » de Loïc Nottet :

Quelques mots sur le clip ? 

Je peux que vous inviter à le regarder. C’est un univers particulier. C’est le clip le plus artistique j’ai pu faire jusqu’à présent.

J’ai cru lire que tu planchais également sur l’écriture d’un roman… As-tu avancé ?

Oui, tant bien que mal j’avance… C’est vrai que la musique a repris à nouveau du temps dans ma vie. Ce roman n’a rien à voir avec le reste mais il avance, il avance…

Une période de sortie pour l’album ?

Pas que je sache. On sort un nouveau single, on va voir comment il est accueilli par le public, est-ce que le public va adhérer ? Je ne m’occupe pas de la partie marketing mais s’il marche bien je pense que mon équipe décidera de sortir l’album au printemps. Je t’avoue que je ne sais pas du tout…

Loïc Nottet - DR

#WTF

  • La première chanson à laquelle tu penses en ce moment ? Alice on the Roof, tu peux mettre la chanson « Malade ».
  • 3 adjectifs qui te décrit le mieux ? Perfectionniste, chiant et bordélique.
  • Si tu étais une musique de film ? Le thème d’Alice au pays des merveilles
  • Le dernier film que tu es allé voir ? La None
  • Une chanson qui te fait passer par tous les états ? J’aime beaucoup la reprise de Ben l’Oncle Soul qui était dans l’album We Love Disney : « Être un homme comme vous ». Cette chanson m’enjaille.
  • La partie de ton corps que tu détestes ? Mon nez.
  • Un artiste avec qui tu rêverais de travailler ? Imagine Dragons ou Sia
  • Est-ce que tu as un TOC ? Je tape toujours du pied droit quand je chante.
  • Ton idole ? J’adore Freddie Mercury !