Calum Scott : ‘Only Human’, un premier album prometteur à la voix puissante

Calum Scott est enfin dans les bacs avec son premier album Only Human. Faut-il l’écouter ? La réponse avec aficia.

C’est avec beaucoup de patience que nous avons attendu le premier album de Calum Scott, lui que nous avions découvert en 2015 dans la version britannique de l’émission ‘Incroyable Talent’. Si le chanteur avait rapidement mis en avant son talent avec « Dancing On My Own », cet album semblait ne jamais venir…

Mais qu’importe, 2018 est bien l’année de la révélation pour Calum Scott qui offre enfin au public Only Human, un premier opus riche de 15 pistes. Si le chanteur a déjà eu l’occasion de faire chavirer nos cœurs avec des titres comme « Rythm Inside », « You Are The Reason », qui s’offre également une version avec Leona Lewis, et « What I Miss Most », qu’offre le reste de l’opus ?

Romantique, nostalgique…

Si vous avez aimé « Dancing On My Own », ce premier album devrait vous toucher en plein cœur. Car oui, globalement la couleur reste la même, une série de ballades amoureuses, naviguant entre des titres minimalistes à des productions plus rythmées.

De ce fait, le premier reproche à faire est un manque d’originalité… Trop linéaire dans le fond. Un point négatif qui est toutefois rapidement oublié face à la voix et l’émotion de Calum Scott. Au regard de titres comme « Hotel Room » avec une voix puissante qui rencontre le piano et le violon ou « Only You », un titre fédérateur, véritable célébration de l’amitié.

Tiësto, Leona Lewis et… Bob Dylan !

Si dans son ensemble l’album semble parfois trop linéaire, les pistes prises une à une laissent entrevoir un bel avenir pour Calum Scott. Si une production plus musclée aurait largement servi ses intérêts, il n’en reste pas moins un grand interprète. C’est donc son aura qui porte le projet, nous parlant d’amour, d’abandon, de peur, d’espoir…

Cet album, enregistré avec Chris Gehringer (Rihanna, Lady Gaga, Madonna…), est aussi un véritable reflet de Calum Scott. Il signe en effet pas moins de 11 pistes pour ce premier effort qui s’écrit donc comme une introspection. Et si Only Human est marqué par la présence de Tiësto et de Leona Lewis, Calum Scott termine en beauté avec « Not Dark Yet », reprise de Bob Dylan. Il s’y montre fragile, laissant transparaître ses fêlures…

En conclusion…

Only Human est un bel album. Au-delà de cette simple terminaison, c’est un très bel premier album qui souffre pourtant de petits défauts. Il n’en reste pas moins un parfait exemple des capacités de l’artiste. Nos coups cœur sont décernés aux belles ballades présentes sur l’opus, alliant douceur musicale et puissance de l’interprétation. Alors sans aucun doute, si vous avez aimé l’interprétation de Calum Scott sur « Dancing On My Own » (Brit Awards 2017 de la chanson de l’année) vous devez avoir Only Human dans votre bibliothèque musicale.

Découvrez Only Human, le premier album de Calum Scott :

Également disponible sur Deezer et Spotify

Laisser un commentaire

Close