Bon Entendeur - © Adrien Combes
Bon Entendeur - © Adrien Combes

Bon Entendeur en interview : “Il faut toujours en profiter à fond car c’est peut-être la dernière fois”

Bon Entendeur - Allez Retour
Date de sortie
7 juin 2019
Bon Entendeur
Allez Retour

Nous avons eu le loisir de rencontrer le trio Bon Entendeur lors de son passage au Festival de la Nuit de l’Erdre. Découverte d’une formation talentueuse avec aficia.

Bon Entendeur c’est la délicieuse alliance entre Nicolas Boisseleau, Arnaud Bonet et Pierre Della Monica. Un trio de choc, plein de fougue et de jeunesse, qui explore la musique française et sa culture à sa manière.

Vous avez peut-être eu l’occasion d’écouter ses collaborations avec des personnalités comme Patrick Poivre d’Arvor, Oxmo Puccino, Richard Bohringer, Jean Rochefort, Frédéric Beigbeder, Nathalie Baye ou encore Pierre Niney.

Bon Entendeur c’est aussi un premier album, Aller Retour, un véritable voyage musical que la formation exporte parfaitement en concert, comme lors de son passage au Festival de la Nuit de l’Erdre, un show énergique, percutant et humain. C’est d’ailleurs durant cette date que nous avons eu le loisir d’échanger avec les trois garçons qui forment Bon Entendeur, juste avant le set, dans l’intimité de la loge d’artiste.

Bon Entendeur : l’interview !

Comment ou pourrait présenter Bon Entendeur à quelqu’un qui vous découvre seulement aujourd’hui ?

Bon Entendeur c’est trois amis, passionnés de musique, qui commencent par faire des playlists puis des mixtapes d’environ d’une heure pour offrir une cohérence musicale. Une capsule qu’on offre chaque mois avec la particularité d’avoir une personnalité francophone à l’effigie de cette mixtape.

Nous avons fait ça durant plusieurs années et cela a permis de partir sur un premier rework, “Le temps est bon” d’Isabelle Pierre. Il y a eu un bel écho, notamment auprès de la communauté qui nous suivait depuis quatre, cinq ans, et cela a débouché, assez naturellement, sur la production d’un premier album.

Bon Entendeur via Facebook - © Adrien Combes

Bon Entendeur c’est un projet assez hybride, hors des codes, qui mélange sans complexe les genres. Déjà de part les mixtapes, les reworks, mais aussi en alliant la pop, l’électro, la variété… Comment l’idée est née ?

Concernant les genres c’est assez simple en fait. Bon Entendeur, à la base, ce sont des playlists puis des mixtapes. Les mixtapes regroupent les sons que l’on écoute et que l’on adore tous les trois. Donc en fait nous avons fait en sorte de mettre nos trois personnalités, ce qui explique l’éclectisme, le fait que l’on retrouve de la house, de la techno, du hip-hop, du disco, de la funk… Ça représente juste nos goûts musicaux à tous les trois.

Et pourquoi l’idée des personnalités… Pendant un an nous avons fait des playlists et pour rigoler, un jour, nous avons fait une mixtape en mettant DSK à l’honneur avec son interview du journal télévisé de TF1. Et à l’époque cela a bien pris sur notre communauté et on a logiquement eu l’idée de refaire l’expérience, mais de manière plus sérieuse. Voilà simplement comment est née l’idée d’inviter des personnalités, d’avoir les entretiens dans les mixtapes.

Impossible de parler de Bon Entendeur sans parler des nombreuses collaborations. On cite, par exemple, Patrick Poivre d’Arvor, Oxmo Puccino, Richard Bohringer, Jean Rochefort, Frédéric Beigbeder, Nathalie Baye ou encore Pierre Niney. Comment on fait le choix de personnes qui se retrouvent dans vos projets ?

Alors, on ne fait pas vraiment le choix des personnes. On fait une liste des personnes que l’on aimerait avoir. Après les prises de contact on nous accorde l’interview, parfois non…

En fait, c’est plutôt à eux que l’on devrait poser la question de savoir pourquoi avoir fait le choix de dire ‘oui’. Patrick Poivre d’Arvor nous avons eu la chance d’entrer en contact avec lui via Twitter, lui expliquant que nous étions très intéressés de faire une interview avec lui. Pierre Niney c’était l’été dernier après une Story sur Instagram et en le taguant en disant que nous aimerions l’avoir sur une mixtape. Il a fait la réponse en privé en disant qu’il était partant… En fait il n’y a pas vraiment de règle. Ils connaissent ou pas le projet, mais il trouve cela amusant, atypique…

Bon Entendeur via Facebook - © Adrien Combes

Alors il y a les ‘oui’. Il y a les ‘non’ aussi… Mais qui Bon Entendeur aimerait voir à l’avenir dans ses mixtapes ?

Il y en a plein ! Déjà il y a plein de personnes que nous n’avons pas en direct et c’est donc les agents qui refusent car ils ne voient pas l’intérêt, que c’est une prise de risque et nous comprenons le choix.

Après, si nous devions citer des personnalités que nous aimerions avoir avoir… Globalement, en ce moment on aimerait bien avoir Quentin Dupieux. Avoir la chance de l’interviewer. Savoir comment ça se passe dans sa tête car il a un univers très singulier. Et à condition que l’interview se passe bien, il y a forcément des choses très intéressantes à en tirer.

Il y a aussi Fabrice Luchini pour son charisme, son parlé, ses idées… Il y a plein de choses à faire avec lui et mettre en musique ses propos avec notre propre interview serait vraiment génial. Nicolas aimerait bien voir Marion Cotillard ou Virginie Efira que l’on aime beaucoup tous les trois.

Bon Entendeur en 3 mots…

Éclectique, atypique et français !

Aujourd’hui vous êtes présents au Festival de la Nuit de l’Erdre. Que représente quoi la scène pour vous ?

Nous avons beaucoup de mal à s’habituer à jouer devant beaucoup de monde. On l’a déjà beaucoup fait, comme avec Solidays, Garorock… Mais à chaque fois c’est un moment hors du temps, on ne comprends pas trop ce qu’il se passe, on se retrouve un peu sonné. Et en même temps il faut toujours en profiter à fond car c’est peut-être la dernière fois, c’est éphémère.

La scène c’est vraiment un moment à part, toujours un petit stress avant et là, bizarrement, on a hâte d’être sur scène.

Aujourd’hui c’est un Festival… C’est un challenge supplémentaire de jouer devant un public qui n’est pas acquis, qui ne vous connaît peut-être pas ?

En festival le public n’est jamais acquis. Il est acquis quand on fait un DJ Set en boîte de nuit et qu’on se retrouve en tête d’affiche. Sur ce festival il y a des noms bien plus connus que le notre, ce soir il y a des artistes formidables et le public ne sera pas acquis à notre cause, mais comme il ne l’était pas hier, comme il ne le sera pas demain… C’est justement là le challenge de faire découvrir notre musique à de nouvelles personnes et de les faire danser et bouger.

Bon Entendeur - © Adrien Combes

Votre premier album Aller Retour est maintenant dans les bacs. Comment vous allez continuer à le faire vivre et le présenter auprès du public ?

On pense faire de nouveau clips en effet. Il y a aussi la compilation de Deezer pour l’été sur laquelle on propose une nouvelle track. C’est hors album, mais ça rajoute quand même un peu d’actualité. Et on prépare déjà une réédition de l’opus, une version un peu ‘deluxe’, plus riche et sur laquelle on travaille beaucoup et que l’on souhaite proposer au public pour la rentrée.

Et on pense aussi à la scène, en ajoutant des surprises sur des dates importantes comme celle de l’Olympia.

Si quelqu’un qui ne connaît pas Bon Entendeur ne devait écouter qu’un seul titre de l’album Aller Retour

Sans doute “La Rua Madueira” qui est une reprise de Nino Ferrer. Sans doute la plus représentative de la vibe globale du projet Bon Entendeur.

Cette réinterprétation avec cet air de guitare et ce break que l’on ne retrouve pas forcément dans des titres comme “Le temps est bon” ou d’autres titres. Mais le titre à le mérite de parler au plus de monde possible et il nous représente bien.

Chez aficia, à travers nos différents articles, nous avons eu l’occasion de vous définir comme original, délicieux, envoûtant, frais… Maintenant à vous de donner trois mots pour définir Bon Entendeur !

Éclectique, atypique et français.

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed