Kungs - © Jasmine Safaeian
Kungs - © Jasmine Safaeian

Kungs en interview : “’Paris’ est le reflet de la nouvelle musique que j’ai envie de sortir !”

Kungs est de retour avec le single “Paris”, forcément très attendu ! Le jeune artiste que nous suivons depuis ses débuts a répondu aux questions d’aficia

Entre Kungs et aficia, c’est une longue histoire d’amour… et de musique ! Nous l’avions rencontré à ses débuts, juste avant que son premier single « This Girl » n’explose. Nous avons suivi sa montée vertigineuse et l’avions eu à nouveau en interview pour la sortie de son premier album Layers et plus récemment en interview croisée avec Martin Solveig.

Alors oui, on avoue, on craque pour son univers sur lequel on parie encore pour les mois à venir ! Aujourd’hui, Kungs est plus apaisé qu’auparavant et à la tête sur les épaules. Il prépare justement un nouveau projet attendu pour le courant de l’année 2020. D’ici là, il dévoile un premier morceau qu’il ne manquera pas de décrire plus bas au cours de l’interview… C’est à Marseille, au Rooftop R2, que nous l’avons rencontré il y a quelques semaines pour parler de son retour…

Kungs : l’interview…

Tu as beaucoup changé depuis la première fois que je t’ai rencontré en 2016, notamment vestimentairement parlant… C’est important d’avoir un style en étant DJ ?

C’est vrai, maintenant je m’habille tout simplement comme j’aime. À 19 ans, je n’avais pas vraiment mon style à moi. Pour tout te dire, ce n’est pas une question que je me posais encore ! Aujourd’hui, je m’intéresse un peu plus à la mode et je commence un peu à trouver mon style, à savoir ce que je peux porter.

Et psychologiquement, comment te sens-tu aujourd’hui par rapport à il y a trois ans ?

Je suis quelqu’un de très stressé de base !

Je me sens beaucoup plus détendu on va dire, ça c’est clair. Parce que j’ai beaucoup plus de repères, de piliers autour de moi. Je ne suis plus dans le tourbillon dans lequel j’étais en 2016, où je ne comprenais pas forcément tout ce qui m’arrivait. Tout m’ai tombé dessus sans que je sache comment faire, comment agir et comment m’entourer. Et c’est peut-être cette dernière étape qu’il me manquait en priorité. Aujourd’hui, je pense être super bien entouré avec ma team. Ça m’aide vachement à me détendre. 

L’élément le plus difficile à gérer dans ta vie de DJ-star  ?

Je pense que c’est peut-être la fatigue, notamment due au transport. Je suis quelqu’un qui a besoin de beaucoup de sommeil, et c’est vrai qu’il y a des fois, j’accumule le manque de sommeil. Il m’arrive de dormir deux jours parce que je suis beaucoup trop claqué. Il y a aussi le stress qui peut jouer, l’angoisse. Je suis quelqu’un de très stressé de base. Je pense que c’est ça le plus dur à gérer !

Tu n’as pas publié de nouveau morceau depuis un an. Dernièrement, tu donnes des petits rendez-vous sur Soundcloud. Je dois t’avouer que je ne connais aucun des artistes cités dans la description. Est-ce grave ?

Alors, il y a deux raisons à cela. La première, c’est que le but est évidemment de faire découvrir des artistes qui ne sont pas connus du grand public, des morceaux qui viennent à peine de sortir et qui n’ont pas émergés. Puis, la deuxième raison, qui est une raison beaucoup plus pratique, c’est qu’on n’a pas envie de se prendre des strikes pour droits d’auteur. Je recherche beaucoup de sons qui sont justement sur des labels indépendants et qui n’ont pas dans les grosses majors comme Universal. Dès qu’on a des remixes sympa, on ne les mets pas parce qu’on va se prendre une strikes de Soundcloud et que le mix en question va se faire supprimer en deux heures.

Découvrez le #002 rendez-vous de Kungs sur Souncloud :

Cette musique est-elle une représentation de ta nouvelle musique dont tu me parlais déjà en juin dernier ?

Oui, complètement. C’est la nouvelle vibe dans laquelle je vais en ce moment. C’est beaucoup plus mélodic, plus teck, un peu plus d’underground dans les sonorités. C’est dans cette direction que je vais en ce moment. Après justement, ça fait un petit moment que je tease les gens. Ça fait un an que j’ai pas sorti de nouvelles musiques, mais c’est vraiment que ça vaut le coup. J’ai envie de revenir avec quelque chose de nouveau, quelque chose qui n’appartient qu’à moi, dans lequel je me retrouve et dont je suis très fier. Je n’ai pas envie de balancer juste un morceau comme ça et ne pas être satisfait. J’ai envie d’arriver avec un bloc, quelque chose qui raconte une histoire et cette histoire-là met du temps à se mettre en place mais une fois qu’elle sera déroulée, ça va juste être un kiff !

“Paris”, c’est ton nouveau morceau, peux-tu m’en parler ?

Avec ce nouveau morceau, je me fais plaisir !

C’est un morceau que j’ai beaucoup mis sur Instagram en story. C’est un morceau sans vocal, fait pour les clubs et les festivals. C’est un morceau que je travaille depuis plus d’un an. C’est super mélancolique. Il annonce la couleur des prochains morceaux. Le reste viendra plus tard, et on pourra parler vraiment de « single » ! Ils sont terminés. Maintenant, on recherche des featurings, et ça met un peu de temps. Le temps de revenir, on peut parler d’un retour pour janvier !

Donc tu amorces un semi-retour là en novembre avant de revenir en force en janvier ?

C’est ça. Une sorte de morceau complètement à part qu’on appellera morceau 0. Le single 1 arrivera début 2020.

Quand tu vois des artistes comme David Guetta et Martin Solveig qui collaborent ensemble, ça te donne des idées de collaboration à toi aussi ?

Complètement, évidemment ! Après, c’est quelque chose que j’ai toujours voulu faire, et selon moi, j’ai toujours pensé que les collaborations sont intéressantes quand on entend les sonorités de chacun dans le morceau et son message. Actuellement, je suis encore en train de mettre ça sur les rails. À l’heure actuelle, le projet n’est pas encore défini. Une fois que tout cela sera défini et que les singles seront sortis, évidemment que j’aurais envie de sortir des grosses collaborations et que les gens reconnaissent autant ma pâte que celle de l’autre artiste. Autrement, je n’aurais pas grand intérêt. 

Par simple curiosité, as-tu écouté le premier single de Béesau, qui jouait de la trompette sur ton premier single “This Girl” ?

Ouais, carrément, et je kiffe ! Il faut savoir que Rémy (de son vrai prénom ndlr) est un pote de longue date. Il a fait beaucoup de trompette sur mes premiers singles, c’est un gars adorable. On a tourné ensemble partout en Europe. On s’est beaucoup amusé ensemble ! Ce que je kiffe dans son projet, c’est que c’est vraiment quelque chose de nouveau pour le coup. J’ai regardé le clip ! Le personnage principal c’est lui, alors qu’on s’attend à ce que les gens chantent. Mais pas du tout ! Il n’est ni DJ, ni chanteur, il joue juste de la trompette ! Tu as un peu un lead de voix mais c’est une trompette. Je trouve ça hyper intéressant, hyper novateur. Bravo Rémy et tes couilles ! 

Un dernier mot ?

On se revoit dans quelques mois donc ! C’est devenu un rendez-vous maintenant (Sourire) !