Suzane - DR

Suzane en interview : “J’ai l’impression que ça fait 29 ans que je pense à cet album”

Le premier album Toï Toï de Suzane est dans les bacs ! À cette occasion, la révélation pop-électro vient nous parler de son premier opus.

Suzane dévoilait ce vendredi 24 janvier son premier album Toï Toï (expression allemande voulant dire ‘Bonne chance’ ). Cette jeune artiste originaire du Sud de la France a affolé les compteurs YouTube avec le titre “L’insatisfait” sorti il y a bientôt deux ans déjà (mars 2018). Depuis, la demoiselle a eu l’occasion de multiplier les titres, d’une efficacité rare comme “La flemme”, “Suzane” et plus dernièrement “Il est où le SAV ?” où elle nous alerte sur les bouleversements climatiques.

À cette occasion, nous avons fait le choix de consacrer la semaine entière à Suzane. Après avoir parlé d’environnement mardi, et des femmes hier, nous souhaitions évidemment aborder la conception de son album qui s’est fait attendre, avouons-le !

Toï Toï Suzane !

On a attendu plus d’un an pour l’album. C’est long ! Comment cette conteuse d’histoires sur fond d’électro a réussi à conceptualiser cet album ?

C’était assez fou de me retrouver avec le vinyle dans les mains.

Je pense que ça s’est fait naturellement. Cet album, je l’ai beaucoup fait à l’instinct. Tout est plutôt lié mais le but était de décrire, à travers des personnages, l’époque dans laquelle je vis. C’est un peu ça le concept. Garder une écriture qui est la mienne. On peut tomber sur “Anouchka” et sur une musique un peu plus électro. Chaque histoire est racontée avec mes influences, chanson française, plus électro, ou un peu plus urbain. 

Après cette longue attente, il te devait de rajouter des nouveaux titres sur cet album, et c’est ce que tu as fais…

Oui, oui. Il y a plein de nouveaux titres que les gens n’ont même peut-être pas entendus en live. Il y a “Petit gars” qui est sur l’album, “Aux quatre coins du globe”, “Potin”… Ils méritent tous le détour !

Peut-on dire qu’il s’agit de l’album de tes rêves ?

Le premier, c’est toujours quelque chose d’assez fou. J’ai l’impression que ça fait 29 ans que je pense à cet album et aujourd’hui il est fait, il existe. C’était assez fou de me retrouver avec le vinyle dans les mains. C’est une première fois. J’espère qu’il y en aura d’autres car j’ai beaucoup de choses à raconter. 

À quoi doit s’attendre le public sur cet album de fou ?

Hélas, il n’y a pas forcément de collaborations. C’est vrai que j’ai uniquement eu l’occasion d’être accompagnée de mon ami Témé Tan sur le titre “Il est où le SAV ?”. Mais là où les gens peuvent être surpris c’est qu’il y a des chansons dans des veines différentes. Il y a plusieurs facettes, pas qu’une seule recette, et je pense que chacun peut se retrouver dans des chansons différentes. J’ai hâte que les gens découvrent “P’tits gars” car c’est une chanson qui me parle beaucoup. J’ai hâte d’avoir des retours là-dessus.  

Découvrez “Suzane” de Suzane :

Un engouement médiatique a vite grimpé autour du phénomène Suzane. Ça te plaît ?

Je trouve ça plutôt flatteur que les gens veuillent que je représente la France à l’Eurovision.

Bien sûr ! C’est plaisant. On a construit tout ça avec l’équipe qui m’entoure. On a pris le temps de faire les choses bien, je pense. Là on arrive au moment où on a tendu la corde et il est temps de lâcher la flèche. Je pense avoir eu le temps d’avoir profité du paysage. Ça va vite, mais pas tant ! On a eu le temps de réfléchir à chaque chose. Aujourd’hui, je me sens à l’aise dans chaque chanson et chaque clip que je défends. Aujourd’hui c’est super que les gens arrivent à moi.

Tu comptes huit millions d’écoutes sur YouTube et une centaine de dates de tournées et de festivals à ton actif rien qu’en 2019. Les plus grands festivals te programment cet été. Les 67 millions de Français vont bientôt connaître Suzane à force ?

On espère ! (Rires). Ce serait super !

D’ailleurs, ta célèbre combinaison bleue n’est pas trop délavée depuis le temps que tu tournes ?

Non, ça va. J’en ai plusieurs et elle passe quelquefois chez le pressing, donc ça va ! (Rires)

Dernière question, Suzane à l’Eurovision c’est pour quand ?

Je pense pas tout de suite. Je vois souvent des gens qui m’en parle. Je trouve ça plutôt flatteur que les gens veuillent que je représente la France à l’Eurovision, mais je ne pense pas que ce soit un format d’émission où je pourrais être très libre de m’exprimer comme j’aimerais le faire. Je ne pense pas que ce soit l’endroit où je puisse être moi-même. Je préfère me concentrer sur la sortie de l’album, sur mes concerts. J’ai la chance d’être déjà bien écouté. Pour l’Eurovision, je ne sais pas !

UNE SEMAINE AVEC…
SUZANE !

Plus d'articles
Tryo - DR
Tryo en interview : “C’est une fête qu’on fait pour le public”