‘Vous & Moi’ : Julien Doré a fait chavirer les cœurs aux Nuits de Fourvière…

Avant-dernière soirée pour la rédaction aux Nuits de Fourvière… Quelques heures partagées en toute intimité avec Julien Doré… Un concert à revivre avec aficia !

L’année dernière, il était venu avec ses musiciens. Hier soir, c’est bien seul et dans le cadre de la tournée acoustique ‘Vous & Moi’ que Julien Doré s’est présenté aux 4.400 personnes présentes dans les rangs du théâtre antique de Fourvière. Comme il en a pris l’habitude pour cette tournée, le chanteur originaire d’Alès laisse sa place en début de concert à une personne venue assister au concert.

Pour cette date lyonnaise, c’est Chloé qui s’est présentée à nous pour quelques chansons à la guitare. Elle qui, il y a deux ans encore, était hôtesse d’accueil pour le festival, a traversé le miroir et a pu goûter à cette fantastique sensation, celle de monter sur la scène de Fourvière. Rejointe par Julien Doré sur les dernières notes de son ultime chanson, la jeune femme semblait ravie de cette mise en lumière et un peu plus détendue qu’au début…

Beaucoup d’amour et des rires

Après avoir rempli les Zénith et deux AccorHotels Arena, le chanteur voulait une tournée pour revenir à l’essence même de ses chansons, « telles qu’elles ont été écrites » : « je voulais me remettre en danger, montrer le décor dans lequel j’écris, compose, sans artifices, seul, ‘vous & moi’ ». Décor intimiste,  composé de ses instruments, d’un siège qui semblait bien confortable, des bougies électriques placées par ci par là… Tout était là pour que nous passions une bonne soirée…

Avant d’entonner « Le lac », Julien Doré nous a raconté, non sans humour, sa journée de la veille passée sur un paddle en Corse. Des anecdotes comme celle-ci, le chanteur en a partagé durant tout le concert pour le plus grand plaisir du public… Ont suivi « Les bords de mer », « Mon Apache » et « Mon écho ». De l’aveu de l’artiste lui-même, cette dernière a été très peu jouée durant cette tournée acoustique. L’occasion pour lui de nous toucher en plein cœur avec sa poésie délicate et subtile. « J’ai vu la lagune et l’enfer au repos / Entre la falaise et l’hier / Mon corps est tendu sur la pierre des sanglots / Où vont les nuances des prières / Attendez-moi / Enchanté de vous connaitre, mon écho / Caressez-moi de promesses et de beau / Attendez de disparaître s’il le faut / C’est l’océan que je vous laisse » a-t-il chanté face à son piano dans un moment qui semblait suspendu dans le temps.

Sur « Chou Wasabi », Julien Doré s’est fait plaisir en laissant le public participer et a fini par faire tomber la chemise… Ce qui a eu le don de faire réagir la gente féminine présente en nombre dans l’assemblée. Comme pour son concert à Istres et tous ceux de la tournée, le garçon n’en oublie pas les reprises d’artistes qui lui ont donné l’envie de faire ce métier. Avec « Can’t Take My Eyes Off You » de Gloria Gaynor et « Cet air-là » de France Gall, il a prouvé qu’il était à l’aise pour chanter les chansons des autres comme il avait pu le prouver durant ‘Nouvelle Star’. C’était il y a 11 ans…

La dernière partie nous a permis d’entendre les versions acoustiques de ses plus gros succès comme « Kiss Me Forever », « Paris Seychelles », « Coco Câline » ou encore « Porto Vecchio ». La soirée s’est terminée par « Corbeau blanc » durant lequel nous avons eu le plaisir d’admirer les talents de pianiste de son ami Panda. Puis, seul sur scène, Julien Doré a donné une dernière douce « Caresse » au public des Nuits de Fourvière avant de prendre de longues secondes pour saluer et profiter d’un concert qui « restera gravé dans sa tête pour longtemps »…

Afficher plus
Fermer
Fermer