‘El Dorado Tour’ : Shakira, caliente, a mis le feu à l’Arena de Montpellier !

Initialement prévu en novembre dernier, le concert de Shakira a enfin eu lieu. Après L’AccorHotels Arena il y a quelques jours puis Bordeaux, c’est à Montpellier que la bomba latina a fait escale. Et c’était G.R.A.N.D.I.O.S.E ! aficia y était…

Cela faisait des mois et des mois que le public l’attendait ! Mais ça y est, les montpelliérains ont enfin pu apprécier le moment. Un moment unique. Il est 21h10 lorsque Shakira entre sur scène aux côtés de ses musiciens. Elle est resplendissante. Son bas est pailletée, mettant ses formes en valeur. Elle en abuse, forcément, se dandinant de part et d’autres. Mais c’est aussi pour cela qu’on vient la voir !

Dès les premiers instants, Shakira s’affirme et prend tout l’espace qui lui est offert. Elle crapahute de gauche à droite, et de droite à gauche. Elle démarre doucement avec ses deux premiers succès « Estoy aquí » et « Dónde estás corazón » datant de 1995. Puis, elle nous prend à contre pied avec le plus énergique « She Wolf » dont elle va refaire la célèbre chorégraphie du clip sans difficulté, même neuf ans plus tard ! Elle démarre la prestation en étant enchaînée au milieu de la scène. C’est à ce moment-là qu’elle s’exprime pour la première fois en français pour demander aux filles d’imiter le hurlement du loup : « Les filles j’ai besoin de votre aide, seulement les filles, zéro garçons. Vous êtes prêtes ? »

Tout au long du spectacle, Shakira traverse les époques et le temps, revenant à ses premiers succès comme « Inevitable » (1998) ou « Antologia » (1995). Elle passe sans encombre du rock, à la pop latine sans oublier à ses derniers tubes dans un registre plus reggaetton. C’est d’ailleurs lorsqu’elle chante « Perro Fiel », « Me enamoré» ou « Chantaje » que l’ambiance commence à se faire sentir. Le public se lève. Difficile de faire autrement…

« Vous m’avez manqué ! »

Relativement proche de son public, la compagne de Gérard Piquet s’adresse ensuite à son public qu’elle chérit avec une longue discussion en français : « Vous m’avez manqué. Ça fait longtemps ! Je suis heureuse d’être à nouveau avec vous ». Puis, elle revient sur le fait qu’elle est dû reporter sa tournée à cause d’une hémorragie aux cordes vocales : « C’est dingue ! Il y a quelques mois, je pensais ne plus pouvoir chanter. Mais les miracles existent. Si je suis ici ce soir, c’est grâce à vous. J’ai eu beaucoup de difficultés, mais mes amis sont là dans les mauvais comme dans les bons jours. Merci ! »

Nouveau changement de tenue. Shakira revient avec un leggins de couleur noir pailletée. Elle vient interpréter son tube « Whenever Whenever », un classique, chorégraphié par une danse indienne impeccable. So Sexy ! Elle revient ensuite accompagnée de son micro en or et de sa guitare où sont photographiés son cher et tendre (qui venait de se qualifier pour les huitièmes pour la Coupe du Monde de football) et ses enfants. Le public sourit et elle le lui rend bien : « J’ai l’impression d’être comme à la maison ce soir ! ». Au même moment, le public brandit des cœurs découpés aux couleurs de la tournée ‘Eldorado World Tour’. Une initiative lancée par le Perpignanais Manuel Alcantara qui fut remerciée personnellement sur les réseaux sociaux après le concert : « Merci pour cette belle surprise, elle est allée directement au cœur » a-t-elle twitté.

Le concert se poursuit dans une ambiance de folie. On arrive dans le dernier quart d’heure. On retrouve Shakira en froufrou coloré à la batterie sur « Can’t Remember I Forget You ». Elle fait monter la température encore et toujours avec un remix de « Loca » et « Rabiosa », peu avant d’enchaîner avec ses deux hymnes pour la Coupe du Monde : « I Dare U (La la la) » et « Waka Waka (This Time For Africa) ». L’ambiance est son maximum ! Des paillettes tombent du ciel. Les lasers verts et bleus lancés au loin et les images projetés en fond rendent le tableau somptueux. Mais c’est bientôt la fin…

Après le rappel, Shakira surgit par derrière et prend un peu de hauteur pour interpréter l’inévitable « Je l’aime à mourir » de Francis Cabrel dans un français quasi parfait. Le public l’accompagne dans cet instant d’émotions. Le final est grandiose. Shakira ne manque pas de chanter « Hips Don’t Lie », l’un de ses plus gros succès avant d’interpréter « La bicicleta », hélas sans Carlo Vives. Elle termine avec un dernier mot : « Merci pour cette soirée incroyable » et s’en va avec le sourire…

En conclusion…

Le spectacle est parfaitement rodé. Shakira nous rappelle à quel point elle a traversé trois décennies (1995-2018). Elle remonte le temps en chantant ses premiers succès mais aussi avec des classiques comme « La tortura » et fait danser les plus jeunes avec des titres comme « Chantaje ». Son sourire contagieux, sa bonne humeur et ses danse ensorcelantes offrent un show visuel parfait. À 38 ans, Shakira danse comme personne et il est difficile de ne pas succomber à la chaleur colombienne… On sort du concert en se disant « Oh, on a vu Shakira, c’est dingue ! ».

Gracias por esta sorpresa tan linda, me llegó directo al corazón! Shak

Publiée par Shakira sur Lundi 25 juin 2018

Afficher plus
Fermer
Fermer